La Cité interdite à Pékin

Jour 5 : Pékin : place Tiananmen, Cité interdite, parc Jingshan ou colline du charbon, rue Dashilar, hutongs Qianmen, village olympique : le nid d’oiseau et le cube d’eau

Mardi, 7 avril 2015

Le réveil sonne à 6h et aussitôt, après avoir touché nos jambes et vérifié qu’elles sont bien là après le trekking entre Jinshanling et Simatai sur la Grande Muraille de Chine, nous prenons une douche, mangeons quelques bonbons que nous avons achetés avant-hier dans une pâtisserie et qui tiennent encore, d’ailleurs nous devons dire que les bonbons ici sont très bons, et descendons à la réception du Temple du Ciel à Pékin, à 7h : 30 nous sommes descendus à la réception du 161 Hotela prendre quelques cafés qui finissent de tonifier notre estomac pour 39RMB.

Il est 7h30 du matin lorsque nous quittons l’hôtel en direction de l’arrêt de métro Donsi pour aller à Tiannamen et de là accéder à la Cité interdite à Pékin, qui serala cerise du jour aujourd’hui.
Dès que nous quittons le hutong où nous logeons, nous constatons que les rues sont pleines de vie et que c’est déjà une journée de travail et cela se voit dans une ville comme Pékin.
Nous retournons chercher nos billets pour 3RMB par personne, aujourd’hui les machines ne fonctionnent pas et nous sommes un bon moment pour nous comprendre. La vérité est que c’est quelque chose que nous ne comprenons pas, nous parlons en chinois comme si nous connaissions la langue et nous nous posons des questions : si nous sommes dans le métro et que nous ne comprenons pas l’arrêt, nous disons, n’est-il pas plus simple de prendre un plan et nous indiquons l’endroit . . . . . Eh bien non, peu importe combien de fois nous faisons des signes, ils ne nous donnent pas de carte, donc à la fin nous devons aller à un signe et tenter notre chance avec nos doigts, jusqu’à ce que nous l’obtenions.
En 15 minutes nous nous sommes plantés à Tiannamén, après avoir eu affaire à des centaines de Chinois qui se déplacent à cette heure du matin dans la ville.
Aujourd’hui, comme les jours précédents brille un soleil spectaculaire qui nous encourage plus si possible à continuer à connaître Pékin. Il n’y a toujours aucune trace de ce ciel gris que nous avions tant lu.

Il est 8 heures du matin lorsque nous rentrons à Pékin.
Il est 8 heures du matin lorsque nous retournons passer les contrôles que nous avions passés le premier jour de notre visite de la place Tiananmen, et cette fois sans faire la moindre queue. Si nous avions su ce jour-là, nous aurions fait d’autres visites et nous aurions laissé pour aujourd’hui cette zone qui est beaucoup plus calme, mais bon, nous ne savions pas, donc nous avons dû “pringar”.

Une bonne option pour en savoir plus sur l’histoire de la place Tiananmen.
Une bonne option pour en apprendre davantage sur l’histoire de la ville et de cette partie de Pékin est de réserver cette visite avec guide en anglais qui comprend la plage de Tiananmen, la Cité interdite et une visite des hutongsoit cette autre visite avec guide en anglais qui comprend la Cité interdite, le Palais d’été et le Temple du ciel.

Nous sommes arrivés au guichet de la Cité interdite à 8h20 du matin, juste à temps pour être là à 8h30 qui est l’heure d’ouverture et après avoir fait un peu la queue, nous avons obtenu nos billets 60RMB car nous avons montré la carte d’étudiant, mais ils nous demandent les dates, et comme elles sont expirées, ça ne colle pas.
Nous vous recommandons de réserver ce billet à l’avance pour éviter les files d’attente ou cette visite guidée en espagnol pour découvrir son histoire intéressante.

Et nous voilà prêts à passer les prochaines heures dans l’un des lieux les plus célèbres de Chine : La Cité interdite à Pékin 11.

Après avoir passé le contrôle des billets, nous avons trouvé un billet pour la Cité interdite à Pékin.
Après avoir passé le contrôle des billets, nous avons trouvé le guichet où ils vendent l’audioguide que nous avons lu être fortement recommandé, donc nous prenons un couple, en payant 40RMB par personne.

Dès que nous passons la porte principale, nous commençons à voir que quelque chose ne va pas et nous voyons comment ils commencent à boucler tous les halls centraux et les zones les plus importantes et tous les groupes organisés commencent à courir en nous entraînant à moitié dans la foule tandis que la sécurité commence à repousser les gens loin des bâtiments principaux.

Nous ne savons pas ce qui se passe ni qui va venir, mais voyant comment les choses se passent, nous décidons d’aller de l’avant et de nous rendre dans la zone du Pavillon du Trésor, où nous voyons qu’ils n’ont pas encore bouclé la zone. Nous payons 10RMB par personne pour entrer et nous trouverons l’une des zones les plus calmes et les plus belles de la Cité interdite à Pékin, étant même acclimatée, par moments, par la musique.
On y trouve, outre un certain nombre de bâtiments d’exposition, connus sous le nom de Galerie du trésor, le célèbre Mur des neuf dragons, un mur émaillé dont il ne reste que trois exemplaires en Chine.

Après cette visite et voyant que la plupart des groupes organisés, si ce n’est tous, sont restés dans les parties principales à rouvrir, nous avons choisi de continuer la visite à partir d’ici et donc d’aller plus au calme.

Nous n’allons pas nier une évidence.
Nous ne nierons pas quelque chose qui devient tout à fait évident depuis que nous avons commencé notre voyage en Chine gratuitementet c’est que les Chinois un par un grand, mais dans les agglomérations sont horribles, ils n’ont aucun égard, celui qui tombe.

Nous continuons donc vers la zone du jardin impérial, une zone entourée de cyprès et de beaux pavillons.

D’ici nous avons accès à la Porte Nord de la Cité Interdite, seule sortie, mais comme nous avons sauté la moitié de la visite, nous devons la refaire, cette fois en sens inverse, donc nous revenons par la zone du Pavillon Mille Ans et des Pavillons Ouest, qui sont un ensemble de palais avec cour où ont vécu presque tous les empereurs pendant leur règne.

A partir d’ici et pour ne pas continuer à faire le tour à l’envers, nous choisissons de revenir à la Porte de l’Harmonie Divine, maintenant avec moins de personnes et recommencer le tour à travers les merveilles qui nous garde la Cité Interdite à Pékin.

En traversant la Porte de l’Harmonie Divine, nous trouvons trois grandes salles, la Salle de l’Harmonie Suprême, suivie de la Salle de l’Harmonie Centrale et de la Salle de la Préservation de l’Harmonie, derrière lesquelles se trouve l’énorme chaussée impériale en marbre.

Nous devons dire que malgré le fait que la Cité interdite est une visite essentielle à Pékin, pour nous, probablement à cause du “problème” initial qui nous a fait visiter les mêmes endroits trois fois, nous avons été un peu en deçà des attentes que nous avions.

Nous devons également ajouter que malgré le fait que la Cité interdite est une visite essentielle à Pékin, nous avons été un peu en deçà des attentes que nous avions.
Nous devons également ajouter que bien que l’audioguide soit bon, il n’est pas à jeter des fusées ou essentiel comme nous l’avions lu car il échoue souvent et ne parvient pas à se mettre en route lorsque vous passez par les lieux d’intérêt. Pour notre part, nous ne le recommandons pas et nous pensons qu’il vaut mieux prendre une bonne explication ou un article que vous pouvez trouver sur Internet ou le guide lui-même, avec lequel vous serez encore mieux informé.

Comme curiosité, nous devons dire que nous avons été impressionnés par les plus de 300 réservoirs d’eau qu’il y a dans tout le complexe du palais où l’eau était conservée en cas d’incendie. En hiver, on les recouvrait de couvertures pour qu’ils ne gèlent pas.

Il est 11h30 du matin lorsque nous terminons la visite de la Cité interdite à Pékin et il est temps de refaire le chemin, en profitant de l’occasion pour visiter les bâtiments orientaux, que nous avons laissés lors de la première visite et après 12, au total nous avons été environ 3 heures et demie à visiter la Cité interdite, nous sommes à l’entrée du Parc Jingshan ou de la Colline du charbon où nous payons 2RMB par personne pour entrer.

Etant donné l’heure qu’il est, nous faisons une petite promenade dans ce petit poumon de Pékin et nous nous dirigeons directement vers le chemin qui nous mène au sommet de cette colline, unique au centre de Pékin, qui a été formée avec la terre excavée lors de la construction de la Cité interdite à Pékin.

Il a fallu un peu plus de 10 minutes pour monter les escaliers qui nous mènent au sommet, avec plus de difficultés que prévu et c’est que l’effort d’hier sur la Grande Muraille ne pardonne pas et juste arriver au sommet, nous comprenons pourquoi c’est l’un des endroits recommandés à visiter à Beijing : nous avons une impressionnante vue de la Cité interdite, dommage que nous avons le soleil est face à nous et qui fait ternir les couleurs.

Il reste quelques minutes avant 13 heures et nous décidons d’aller dans un restaurant que nous avons noté, recommandé à Pékin pour manger du canard laqué. L’emplacement du restaurant lorsque nous commençons la marche est à un kilomètre du point où nous nous trouvons, mais cela passe à 2 sans le trouver et nous nous retrouvons sur la place Tian’anmen sans l’avoir localisé, nous devons donc repasser par les contrôles de sécurité (à cette heure-ci à pleine capacité) et nous décidons de nous rendre dans la zone de Qianmen où le premier jour où nous y étions nous avons vu de nombreux restaurants, bien que la vérité soit que nous ne les avons pas tous avec nous puisque hier Susanna nous a dit que la plupart des restaurants locaux ferment à 13 heures ou 13 heures : 30 ans et c’est déjà cette heure-là 🙂

Nous sommes arrivés à Qianmen après 14 heures, épuisés, affamés et sans restaurant ouvert en vue, alors, comme nous sommes dans la rue Dashilar, un McDonald’s apparaît pour nous accueillir et nous ne pouvons pas y résister. Nous commandons deux menus et des nuggets pour 55RMB. Au moins, nous serons satisfaits de penser que nous avons économisé dans le repas d’aujourd’hui.
L’estomac plein, nous partons à la recherche d’un endroit où nous pourrions prendre un café et ainsi remonter notre moral qui à cette heure de l’après-midi commence à décliner par la fatigue des jours que nous avons passés sans nous arrêter.

Nous trouvons un café à Quianta et nous retournons à Quianta.
Nous avons trouvé un café dans la rue Quianmen, chose inhabituelle car à Pékin, comme dans toute la Chine, les cafés ne sont pas faciles à trouver. Nous avons donc commandé un américain et un cappuccino pour 59RMB. Plus cher que la nourriture, mais en toute honnêteté, il faut dire que les tasses sont maxi. Avec ce café, nous n’allons pas dormir pendant 10 jours !
Il est presque 17 heures lorsque nous poursuivons notre itinéraire et nous allons nous perdre dans les hutongs de Qianmen, les plus authentiques que nous ayons vus jusqu’à présent à Pékin.

Nous avions lu que dans la rue Liulichang, près de Quianmen, on pouvait trouver beaucoup de magasins d’antiquités et que c’était un quartier très intéressant, alors nous n’y avons pas réfléchi et nous y sommes allés, traversant plus de hutongs et plus de “vie” à Pékin.

Dommage que nous ayons décidé d’arriver ici si tard, car la vérité est que la zone a une atmosphère très spéciale, avec presque aucun tourisme local, mais à cette heure les magasins sont déjà fermés, donc nous n’avons pas le temps de voir la rue dans toute sa splendeur.

Après une promenade dans la zone, nous sommes retournés à Pékin.
Après une promenade dans le quartier, nous retournons à la rue Dashilar et lorsqu’il reste quelques minutes avant 19 heures, nous nous rendons au métro pour prendre la ligne 8 et nous rendre à la zone olympique, que l’on nous a recommandé de voir la nuit.

Il faut un peu plus de 15 minutes pour s’y rendre et dès que nous sortons, nous apercevons deux des bâtiments les plus célèbres de la région : le Water Cube et le Bird’s Nest.

Nous prenons quelques photos, la vérité est que le site ne donne pas beaucoup plus et nous reprenons le métro, cette fois en direction de l’hôtel 161 où nous arrivons presque à 21 heures. Nous nous arrêtons à l’habituel canard rôti de Pékin, où nous commandons une autre assiette de dumplings de Pékin (nous sommes devenus accros), quelques crevettes frites et du canard laqué, plus deux eaux pour 93RMB.

Il est presque 23 heures lorsque nous nous glissons dans notre lit, prêts à télécharger les photos du jour et à rattraper un peu de retard sur les médias sociaux avant de poser notre tête sur l’oreiller et de nous reposer. Demain, nous avons une journée bien remplie devant nous. Notre dernier jour à Pékin.

Jour 6 : Pékin : Palais d’été, marché de Panjiayuan, hutongs de Pékin – Train de nuit de Pékin à Datong
Jour 4 : Pékin – Randonnée entre Jinshanling et Simatai sur la Grande Muraille de Chine – Pékin
ITINÉRAIRE COMPLET

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here