La péninsule de Snaefellsnes en Islande

J2 : HVAMMSTANGI – KOLUGLJUFUR – PENINSULE DES SNAEFELLNES : Stykkishólmur – Helgafell – Berserkjahraun – Grundarfjörður – Olafsvik – Hellinsadur – Saxhöll – Djúpalónssanur et Dritvík- Hellnar – Arnastapi- BEJARNARFOSS – YTRI-TUNGA – BORGARNES

Vendredi, 22 août 2014

Aujourd’hui, il est temps de se lever tôt car nous avons une journée bien remplie après avoir visité Godafoss et la péninsule de Vatness hier. Aujourd’hui, il est temps de visiter la péninsule de Snaefellsnes en Islande, connue pour avoir été le scénario du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne.
Comme aujourd’hui nous ne prenons pas de petit-déjeuner à la Guesthouse Nedra-Vatnshorn, nous chargeons directement la voiture de location en Islande et à 7h30 du matin nous sommes déjà en route pour Kolugljufur, un canyon que nous n’avons pas eu le temps de visiter hier et qui n’étant qu’à 5 minutes de notre hébergement, nous ne voulons pas laisser l’opportunité de le connaître.

Aujourd’hui le soleil est de retour et nous profitons d’un ciel complètement dégagé qui nous accompagne jusqu’à Kolugljufur.
Kolugljufur

Nous sommes arrivés quelques minutes avant 8 heures du matin et logiquement avec l’heure qu’il est il n’y a personne et bien qu’il y ait un soleil radieux les 5 degrés que nous avons n’aident pas beaucoup à se promener dans la région, donc après une courte promenade et voyant que le site ne nous dit pas trop, pour ne rien dire (c’est le problème de voir autant de merveilles de la nature en voyage, que nous ne sommes pas en mesure d’admirer quelque chose de  » moins  » spectaculaire), nous partons vers la première destination de la journée, qui nous mènera dans la péninsule Snaefellness à travers Stykkishólmur qui sera notre porte d’entrée dans cette région que nous sommes si impatients de visiter lors de notre voyage en Islande en solitaire dans 14 jours.
Nous suivons la route jusqu’à Bordeyri et de là, nous prenons la route de gravier 59 vers Budardalur, pour nous éviter un bon détour et ainsi gagner un peu de temps à la journée.
Au fur et à mesure que nous nous rapprochons, les paysages nous laissent de plus en plus la bouche ouverte, sans doute avons-nous devant nous, à nouveau, la perfection de la nature.
Nous sommes arrivés à Stykkishólmur dans la péninsule de Snaefellsnesà 10h45 du matin et la première chose que nous faisons est de nous arrêter dans unebakery pour prendre quelques pâtisseries avec deux cafés bien chargés pour 1500 ISK qui nous ramènent à la vie après ces heures sans petit déjeuner.

Nous nous promenons dans le village, qui ressemble à un décor de film, avec des maisons qui nous rappellent à nouveau que nous aimerions bien prendre notre retraite un jour dans un endroit comme celui-ci.

A 11h30 du matin, nous revenons par la même route pour faire un arrêt à Helgafell, un endroit très curieux.

Helgafelles une montagne sacrée de 73 mètres de haut, vénérée par les dévots du dieu Por. Malgré sa petite taille, la montagne était si sacrée à l’époque des sagas que les Islandais âgés s’y retiraient lorsqu’ils étaient proches de la mort.

Aujourd’hui, les habitants croient que ceux qui gravissent la montagne se verront accorder un vœu. Bien sûr, vous ne pouvez pas regarder en arrière sur toute l’ascension.

Et comme nous voulons que nos vœux se réalisent, c’est ce que nous faisons, nous grimpons les 73 mètres de la manière dont les locaux disent que vos trois vœux se réaliseront.

Nous ne savons pas si les 3 vœux seront exaucés, nous l’espérons, bien qu’au final ce qui compte c’est le moment et celui-ci a été exaucé et personne ne peut nous l’enlever.

Nous sommes au sommet de Helgafell.
Il est 12h15 lorsque nous retournons à la voiture et nous partons par la route 54 vers Berserkjahraun, un tronçon pittoresque de la péninsule de Snaefellsnes, qui passe entre un champ de lave que nous traverserons par la route 558, adaptée aux voitures bien qu’elle ne le semble pas à première vue et qui nous permettra d’avoir de meilleures vues du lieu.

L’un des paysages qui a retenu notre attention lors de ce trip en Islande a été les impressionnants champs de lava, comme celui-ci à Berserkjahraun, qui nous ont rapprochés de paysages qui semblent venir d’un autre monde.

Avec un certain regret, nous nous éloignons de Berserkjahraun et continuons notre chemin vers Grundarfjörður, un petit village sur la péninsule de Snaefellsnes, entouré de pics arrondis, niché dans un endroit spectaculaire, à environ 12 kilomètres de Berserkjahraun.

En chemin, nous sommes passés tout près de Bjarnarhöfn, le musée du requin, dans lequel nous ne sommes pas entrés, mais nous laissons la critique au cas où quelqu’un serait intéressé 😉
Nous sommes arrivés à Grundarfjörður à 13h15 et nous avons trouvé une enclave incroyable entourée de montagnes, dont nous savons que si nous l’avions vue le premier jour de notre arrivée, nous aurions eu la bouche ouverte toute la journée.

L’Islnde a un problème, du moins pour nous. Les paysages et les lieux sont si incroyables qu’à la fin, on s’habitue à cette beauté et on ne l’apprécie plus.

A Grundarfjörður, nous en profitons pour mettre de l’essence et faire une petite promenade avant de partir pour le prochain point de la journée Olafsvik, une ville sans grand attrait mais qui a été choisie pour le déjeuner d’aujourd’hui.

Nous cherchons un bar recommandé dans la Lonja de la Lonja.
Nous cherchons un bar recommandé dans le Lonely Planet, Hobbiton, mais il a disparu, alors nous nous contentons d’un fast-food à la station-service où nous avons commandé deux assiettes de poisson-frites avec coca et cafés pour 4300 ISK.

À 3 heures de l’après-midi, nous nous sommes reposés et avons refait le plein d’énergie et nous partons pour la prochaine destination : Hellisandur, à 7 kilomètres d’Olafsvik, le seul endroit d’où l’on peut voir le glacier Snæfellsjökull sous lequel se trouve le volcan Snæfells.

Après ce court arrêt, nous nous rendons au cratère Saxhöll, un autre que nous voulons voir dans notre voyage en Islande.

Bien que la montée soit assez facile, lorsque j’ai atteint la moitié du chemin, je ne trouve rien d’autre à faire que de regarder en arrière, quelque chose que je n’aurais pas dû faire. Avec mon vertige, je ne peux pas faire un pas de plus, donc je dois laisser Roger continuer et je suis content d’être arrivé jusqu’ici.
La vérité est que les vues du sommet, Roger me les montre plus tard dans la caméra, ne sont pas mauvaises, bien qu’elles ne soient pas exceptionnelles, donc si vous ne voulez pas venir ici, la visite peut être dispensée.

D’ici, nous suivons la route vers la plage noire Djúpalónssandur, à 15 minutes de route le long de la route 572 entre d’incroyables champs de lave qui nous mènent directement à la mer.

Nous arrivons et nous nous garons sur le parking.
Nous sommes arrivés et nous nous sommes garés dans une zone désignée et nous avons commencé à faire le chemin Einarslón de 1,2 km qui nous mène à quelques champs de lave qui se jettent dans la mer et qui nous laissent stupéfaits.

Ces vues ont été le point culminant de la journée. Nous avons des plages incroyables à nos pieds, qu’avec un peu plus de temps nous aurions pu apprécier comme des enfants.

Après un moment de marche à travers les coulées de lave, nous atteignons une autre plage de sable noir, Dritvík, où reposent les restes de plusieurs épaves. Le sable noir est couvert de morceaux de métal rouillé provenant du bateau de pêche anglais Eding, qui a fait naufrage en 1948 dans ces eaux.

Il est presque 5 heures de l’après-midi lorsque nous sommes de retour dans la voiture et qu’il est temps de se rendre à la prochaine destination : Hellnar à 11 kilomètres de Dritvík.
Nous nous garons dans la partie supérieure du village et dès que nous nous garons, nous voyons des petites maisons qui nous font envier leurs propriétaires.

Après une courte promenade le long de la seule rue praticable, nous faisons quelques arrêts pour avoir quelques perspectives d’un lieu qui nous a semblé l’endroit parfait pour passer quelques jours de repos ou pourquoi pas, quelques mois.

De Hellnar, nous suivons la route jusqu’à Arnastapi, à quelques minutes de là, où nous nous arrêtons car nous sommes curieux de voir le monument à Jules Verne qui, avec une plaque en bois et un poteau comique, indique les distances des principales villes par le centre de la Terre.

Nous ne voyons pas grand-chose de plus que ce curieux monument et après une promenade, nous retournons à la voiture pour Bejarnarfoss, une chute d’eau située à 14 kilomètres, qui nous fait sortir de la péninsule de Snaefellsnes en Islande.

Cette étendue de la péninsule de Snaefellsnes en Islande.
Nous allons nous rendre à Bejarnarfoss.
Dans cette portion de la péninsule de Snaefellsnes, nous longeons la côte avec des vues magnifiques qui ne cessent de nous étonner, avec des champs de lave, que peu importe ce que nous voyons, nous ne nous fatiguons pas.
Nous voyons la cascade au loin et comme nous l’avions lu dans le guide, nous voulons nous approprier la maison en face.

Une enclave des plus spectaculaires.
Une enclave des plus spectaculaires.

Un endroit spectaculaire de Bejarnarfoss.

Nous continuons notre route et après environ 5 minutes, nous trouvons le détour à la ferme Ytri-Tunga, un endroit bien connu dans cette région de la péninsule Snaefellsnes parce que de la plage on peut voir des phoques.

La vérité est que nous n’avions aucune idée que nous allions voir des phoques.
La vérité est que nous n’avions aucune idée de nous arrêter aujourd’hui pour voir des phoques, mais comme nous avons le temps, nous donnons quelques minutes de la journée pour voir si nous avons de la chance.
Et nous l’avons, mais seulement à moitié, car nous n’en voyons qu’une et de loin.

Et maintenant il est 18h15 et nous terminons la journée en route pour Borgarnes, où nous resterons ce soir.

Nous arrivons à 19h15 à Borgarnes.
Nous sommes arrivés à 19h15 au Borgarnes Bed et Breakfast et après nous être installés, nous sommes sortis pour dîner.
Nous avons essayé deux endroits à proximité et qui sont pleins, nous recevant, comme cela nous est déjà arrivé quelques fois au cours de ce voyage, avec beaucoup de réticence, chose qui nous frappe beaucoup, car on ne nous propose même pas d’attendre quelques minutes qu’une table se libère.

Nous avons fini au Virki Café un endroit incroyable qui semble avoir été « écrit » pour nous avec une atmosphère que nous adorons.

Ici, nous commandons une tarte et un gâteau chiken, plus des cafés pour 3200 ISK que nous dévorons avant de retourner dans notre chambre pour nous reposer pour affronter demain ce qui sera notre dernière journée complète de cet incroyable trip en Islande.

Jour 13 : BORGARNES – DEILDARTUNGUHVER – REYKHOLT – HRAUNFOSSAR – REIKIAVIK – BLUE LAKE – AÉROPORT DE KEFLAVÍK
Jour 11 : DRAFLASTADIR – GODAFOSS – AKUREYRI – HÓLAR – GLAUMBÆR – BORGARVIRKI – ÓSAR ET HVÍTSERKUR – ILLUGASTAÐIR – HVAMMSTANGI
ITINÉRAIRE COMPLET

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here