Kamakura et Yokohama depuis Tokyo

J15 : TOKYO – KAMAKURA : Engaku-ji, Tokeiji, Jochi-ji, Kencho-ji, Tsurugaoka, Desidera YOKOHAMA : Minato Minari 21

Vendredi 03 janvier 2014

Aujourd’hui, nous nous sommes réveillés dans notre hôtel à Tokyo en sachant que nous allions faire la dernière “excursion” de notre voyage au Japon. Aujourd’hui, nous allons faire deux des circuits les plus célèbres depuis la capitale du Japon : Kamakura et Yokohama depuis Tokyo.
Nous le faisons à 6h30 du matin et après le petit-déjeuner nous nous rendons à la station de métro JR la plus proche qui est Shin Nihombashi et nous sommes à 5 minutes de l’hôtel Horidome Villa.
Rappelez-vous que si vous n’avez pas le JRP ou si vous voulez prendre une des lignes qui ne sont pas incluses dans celui-ci, si vous ne voulez pas vous inquiéter et le prendre directement, nous vous recommandons de réserver la carte de métro ici.

Aujourd’hui, nous avons une journée complète et pourquoi nous allons visiter Kamakura et Yokohama de Tokyo.
De là, avec la ligne rapide Yokosuka-Sobu, nous arriverons en 50 minutes environ à Kamakura, en passant par Yokohama où nous retournerons cet après-midi pour passer les dernières heures de la journée.
Une bonne et confortable option pour visiter Kamakura et Yokohama est de réserver cette visite avec un guide parlant anglais, où vous serez pris en charge à l’hôtel.

Nous nous préparons donc à faire un long trajet en métro, cette fois à pied, car le métro à cette heure est effondré.

Après quelques minutes à pied, nous avons réussi à rejoindre Kamakura et Yokohama.
Après quelques minutes debout, nous obtenons quelques sièges, nous nous asseyons et profitons du voyage comme le font 99% des Japonais : en dormant !

Nous sommes descendus à la station Koku.
Nous sommes descendus à la gare de Kita Kamakura, pour faire la visite de Kamakura dans un sens logique et avons commencé par le temple Engaku-ji, qui est juste à l’extérieur de la gare.

Nous avons payé 300 yens par tête, donc nous sommes allés au temple, qui est juste à l’extérieur de la gare.
Nous payons 300 yens par tête, achetons quelques cafés pour nous réchauffer en cette journée qui s’annonce fraîche et nous voilà partis pour la première visite de la journée.

<Boire un café avant d'entrer dans l'Engaku-ji à Kamakura.

<Angaku-ji à Kamakura

Engaku-ji est l’un des cinq principaux temples zen Rinzai de Kamakura.

Entrée de l’Angaku-ji.

On pense que le Engaku-ji a été fondé en 1282 afin que les moines zen puissent prier pour les soldats qui ont donné leur vie en défendant le Japon contre Kublai Khan.

Engaku-ji le jour où nous visiterons Kamakura et Yokohama depuis Tokyo.

Actuellement, le seul véritable vestige de l’ancienne splendeur et de l’antiquité du temple se trouve à la porte Sanmon, une reconstruction de 1780.

Engaku-ji

Détails qui peuvent être trouvés à Engaku-ji.

Au sommet de la longue volée d’escaliers menant à la porte se trouve la cloche du Engaku-ji, la plus grande cloche du Kamakura, coulée en 1301.

Engaku-ji

<L'enceinte de l'Angaku-Ji

Le Hondo ou hall principal à l’intérieur de San-mon est une reconstruction récente, du milieu des années 1960
Nous quittons Engaku-ji après 9 heures et suivons la route vers Tokeiji pour laquelle nous devons traverser la voie ferrée.
La promenade est très agréable et nous sommes arrivés à destination en moins de 5 minutes.

Vous voulez prendre un verre ? Machines à boire à Kamakura.

Nous montons quelques escaliers qui nous séparent de l’entrée de l’enceinte et payons 200 yens par personne dans une petite boîte à l’entrée, car il n’y a personne pour encaisser ou billets.

Dès que nous entrons dans Tokei-ji, nous restons bouche bée et la première chose qui nous vient à l’esprit est à quel point ce lieu doit être impressionnant au printemps, avec les cerisiers en fleurs.

Tokei-ji

Tokei-ji se distingue à la fois par ses terrains luxuriants et par le temple lui-même.

Tokei-ji

Historiquement, le temple est célèbre pour avoir servi de refuge aux femmes. Une femme pouvait être officiellement reconnue comme divorcée après avoir passé trois ans comme nonne dans l’enceinte du temple.

Tokei-ji

Si maintenant en hiver avec les arbres dénudés est spectaculaire, nous ne voulons même pas imaginer comment il sera au printemps ou en automne.

C’est incroyable comment il est paisible.
C’est incroyable la paix qui est respirée dans le Tokeiji.
Comme nous l’avons déjà commenté à plusieurs reprises, il est clair que venir à cette période a son côté positif et est de voir l’atmosphère du plus grand festival du pays et un autre négatif, qui est de ne pas être en mesure de visiter les sites avec la tranquillité que nous sommes habitués à Voyage normalement en basse saison et que, d’une certaine manière, ces derniers jours à Tokyo, nous avions perdu.

Ici, à Kamakura, nous sommes revenus pour ressentir cette paix que nous avions perdue ces derniers jours.

Nous ne sommes pas restés plus de 3 heures à Kamakura, mais nous pouvons déjà dire que nous sommes tombés amoureux. Nous sommes très clairs sur le fait qu’aujourd’hui, dédié à Kamakura et Yokohama depuis Tokyo, nous n’allons pas l’oublier facilement.

Après la courte visite de Tokeiji, nous avons suivi la route et sommes arrivés à Jochi-ji où nous avons payé 200 yens par personne à l’entrée.
C’est incroyable la sensation d’être dans une enclave au milieu d’une forêt, de respirer une paix impossible à expliquer.
De Jochi-ji, nous suivons la route et traversons à nouveau la voie ferrée en direction de Kencho-ji où nous sommes arrivés en encore 5 minutes de marche.

Nous payons 300 yens par personne et admirons l’un des temples les plus spéciaux, le Most important Zen Temple of Kamakura.

Kencho-ji

Kencho-ji est le plus important des cinq grands temples zen.

Kencho-ji

Kencho-ji, fondé en 1253 comprend à l’origine 7 bâtiments et 49 soustemples, dont une grande partie a été détruite dans les incendies des 17ème et 18ème siècles ; il a été restauré et sa splendeur est encore palpable.

Kencho-ji.

Aujourd’hui, Kencho-ji fonctionne comme un monastère avec 10 soustemples.

Kencho-ji
Kencho-ji

Kencho-ji

Nous suivons la route et arrivons à Tsurugaoka, où en arrivant à l’entrée on nous dit que nous devons continuer à descendre et tourner à gauche pour rencontrer la porte d’accès.

Restaurant avec un “nom spécial” à Kamakura.

C’est un peu déroutant au début, mais quand on est entouré de gens, on peut deviner pourquoi. . .

Tsurugaoka

Ils fêtent la nouvelle année et comme prévu, c’est plein à craquer.

Est-ce que quelqu’un vient encore ? Tsurugaoka

Et comment pourrait-il en être autrement, dans cette célébration ne pouvait pas manquer les stands de nourriture, où nous avons profité de l’occasion pour acheter quelques bâtonnets de fromage pour 500 yens . . . super!!!

Tuer la faim à Tsurugaoka

Après quelques minutes à profiter de la cuisine que nous avons devant nous, nous approchons de l’entrée de Tsurugaoka, où il est impossible d’entrer en raison de la file d’attente à cette heure, nous avons donc décidé de revenir sur nos pas et de nous rendre à la gare.

La queue pour accéder à Tsurugaoka.

En chemin, nous nous sommes arrêtés dans plusieurs boutiques d’artisanat et avons acheté quelques bonbons pour 50 yens chacun, afin de tuer l’appétit jusqu’à l’heure du déjeuner.

Nous marchons le long de la rue Takamiya qui est pleine de gens, de boutiques de souvenirs, de magasins de nourriture. . .

Nous ne pensions pas trouver une telle atmosphère.
Nous ne pensions pas trouver une telle ambiance festive au Kamakura et la vérité est que nous l’aimons beaucoup.
La vérité est qu’ici, nous ne nous laissons pas déborder, bien que nous n’ayons pas pu entrer dans Tsurugaoka.
Mais comme il n’y a pas de “deux sans trois”, Kamakura cesse d’être agréable quand on arrive à la gare et qu’on découvre que la moitié de Japon est là!

<Station Kamakura

Une fois à l’intérieur, ils nous disent que nous devons prendre des billets à l’extérieur, donc nous devons retourner à l’entrée, pour prendre des billets pour 190 yens chacun, pour le train qui nous emmènera à la gare de Hase où se trouvent les deux visites qu’il nous reste à faire à Kamakura.

<Station Kamakura

A ce stade, nous devons dire que nous avions peut-être une mauvaise conception des foules japonaises. Nous pensions que comme dans leur vie quotidienne, ils seraient respectueux dans ces cas là, mais non, dans la foule gardez à l’esprit que vous ne vous débarrasserez pas d’un coup de pouce ou par hasard.
Ce n’est pas bien de généraliser, alors on rectifie et on dit que nous avons touché nous quelques compagnons de calèche un peu respectueux 😉
Et après plusieurs coups de pouce pour entrer et s’installer dans un petit espace, nous avons commencé le voyage du métro électrique qui nous mènera à Hase.

Après 3 arrêts, nous sommes arrivés et en moins de 5 minutes, nous sommes à l’entrée du temple Temple Hase-Dera, où nous payons 300 yens chacun et dès que nous entrons, nous voyons le caractère unique de ce que nous avons devant nous.

Temple Hase-Dera

Le Temple Hase-Dera est l’un des temples les plus visités de la région de Kanto et est également connu sous le nom de Hase Kannon.

Les murs des escaliers menant au temple Hase-Dera.
Les murs de l’escalier menant à la salle principale sont bordés de statues de Jizo, alignées comme une petite armée d’enfants, dont beaucoup sont habillés pour rester au chaud.

<Statues Jizo au temple Hase-Dera.

<Détails du Temple Hase-Dera

<Détails du temple Hase-Dera

Les statues Jizo sont tout à fait charmantes si elles sont nommées comme le saint patron des voyageurs, bien qu’elles soient également le saint patron des enfants décédés et certaines figures ont été mises en place par des femmes qui ont perdu leurs enfants après avoir subi une fausse couche.

Temple Hase-Dera

Détails du temple de Hase-Dera.

Le point focal du hall principal du temple est la statue de Kannon, la déesse de la piété.

<Temple Hase-Dera

<Détails du Temple Hase-Dera

<Temple Hase-Dera

Après 13 heures, nous avons quitté le temple Hase-Dera avec l’impression d’avoir vu l’un des meilleurs temples depuis notre arrivée au Japon.

<Vues de Kamakura depuis le temple de Hase-Dera.

<Temple Hase-Dera

<Temple Hase-Dera

Et maintenant il est temps de chercher un endroit pour remplir l’estomac, mais la vérité est que dans cette zone nous n’avons pas vu de restaurant, donc nous devons continuer dans la rue, jusqu’à ce que nous trouvions un kebab où nous voyons que nous avons de la place pour nous asseoir et nous ne pensons pas beaucoup plus.
Nous commandons deux kebabs plus un coca et de l’eau pour 1200 yens et nous nous reposons un moment dans une atmosphère très agréable, avec un turc qui nous divertit après le dîner en nous parlant en espagnol.

<Manger à Kamakura

Après cette demi-heure de recharge d’énergie, nous nous rendons au Grand Bouddha de Kamakura, dans le Temple Kōtoku-in qui est à moins de 5 minutes de marche.

Nous payons les 200 yens par personne, et nous nous rendons au Temple Kōtoku-in.
Nous avons payé les 200 yens par personne pour entrer et nous nous sommes retrouvés devant un autre des incontournables du Japon.

<Temple Kōtoku-in

Nous avions lu que si vous avez été à Narano avant, il impressionne tellement, mais la vérité est que nous avons été plus impressionnés si possible.
Par expérience, nous devons dire que si vous pouvez faire les deux visites, ne sautez aucune des deux, en pensant que parce qu’ils sont des “Bouddhas géants”, seront égaux.

Nous approchons tranquillement de la zone du Grand Bouddha de Kamakura, plongés, pourquoi ne pas le dire dans cette atmosphère de détente et de paix que donnent ces lieux, quand, après tout un voyage sans voir des “anomalies touristiques”, nous apercevons un petit groupe devant le Grand Bouddha, bien sûr irrespectueux, faisant les photos chorra que seul un “anormal” pourrait faire dans un endroit comme celui-ci . . . Nous regrettons les expressions, mais il y a des choses qui, même si nous les voyons ou essayons de les comprendre, sont totalement hors de notre logique de personnes qui, avant tout, veulent respecter le lieu où elles se trouvent.
Et regardez la coïncidence, ils commencent à parler et où ils sont. . . espagnols. Ole you, laissant notre marque partout où nous allons. . .

Bouddha géant du temple Kōtoku-in

Le Bouddha géant de Kamakura, est la deuxième plus grande image de bouddha au Japon et le point de repère le plus célèbre de Kamakura.

Autrefois logée dans une immense salle, elle se trouve actuellement à l’extérieur, car la salle a été emportée par un tsunami en 1495.

Face du Bouddha géant au temple Kōtoku-in.

Bouddha géant du temple Kōtoku-in

Nous, oubliant quelque chose qui finalement est anecdotique, nous continuons la visite autour de l’enceinte, mais 20 minutes plus tard et après plusieurs tours autour du Bouddha géant de Kamakura, nous arrivons à l’endroit où ils étaient, et nous constatons qu’ils font toujours les mêmes poses. . . observés de tout près par des gens qui veulent prendre des photos et par leurs visages dénotent qu’ils attendent depuis un certain temps 😉
Qui sait, s’ils ont fait une tournée dans le Japan, ils ont peut-être laissé leur marque dans tout le pays. . .
Ceci dit, passons au journal d’aujourd’hui. . .

. .

Bouddha géant du temple Kōtoku-in

Bouddha géant du temple Kōtoku-in

Lorsqu’il est passé 15h, nous décidons qu’il est temps de retourner à la station Kamakura, nous remontons donc dans le métro électrique, payons les 190 yens par personne et retournons à la station.

Mais nous devons d’abord faire un arrêt au temple Kōtoku-in.
Mais avant, nous devons nous arrêter à la poste pour changer un peu d’argent, car nous n’avons plus rien, mais que dire, nous sommes incapables de comprendre le distributeur, car il n’y a même pas un bouton où il y a une explication en anglais et pour la honte d’aller chercher quelqu’un pour nous aider, nous décidons d’aller à un distributeur 7eleven que nous avons vu avant et la vérité est que dans ceux-ci est très facile d’obtenir de l’argent, donc avec nos poches avec des yens nous allons acheter un couple de crème glacée pour 300 yens et nous prenons le train à 15. 36 dans l’après-midi, avec la destination Yokohama qui sera notre prochaine destination de la journée et qui est incluse dans le CEC de 14 jours.

Le train arrive à l’heure et après quelques minutes nous prenons le train pour Yokohama.
Le train arrive à l’heure et après s’être installés, nous tombons dans une sorte de stupeur qui nous fait nous réveiller au bout de 45 minutes. C’est alors que nous nous rendons compte que je me suis endormi et que Roger, avec le portable, a perdu son attention, si bien que nous avons manqué l’arrêt Yokohama. Il est temps de descendre au prochain arrêt et de retourner sur le tronçon que nous avons passé.

Train de Kamakura à Yokohama

Distraction dans le train de Kamakura à Yokohama.

En fin de compte, cela n’a pas été tellement, environ 5 arrêts et nous sommes arrivés à la gare de Yokohama après 16h30 de l’après-midi, mais comme nous l’avons déjà commenté à l’occasion, les gares de Japon sont un autre monde, donc jusqu’à ce que nous sortions nous avons 17. 15 de l’après-midi.
L’idée de visiter Yokohama a été quelque chose d’un peu “implicite” par tout ce que nous avons lu, car la vérité est que nous n’étions pas très intéressés, mais après avoir lu que nous devions le visiter, nous n’allions pas partir sans le faire. La décision de visiter Kamakura et Yokohama depuis Tokyo a donc été un peu imposée.

Premières impressions de Yokohama

Nous nous sommes concentrés sur la zone Minato Minari 21, qui est l’une des zones les plus importantes de Yokohama.

Minato Minari 21 à Yokohama.

Minato Minari 21 à Yokohama est un quartier d’îles artificielles, autrefois des docks, qui a été transformé au cours des dernières décennies.

Les lumières de Noël à Minato Minari 21 à Yokohama.

De la gare, nous nous promenons et nous commençons déjà à remarquer que Yokohama est un autre monde à part, dans lequel se côtoient immeubles, centres commerciaux. . .

Nous ne prendrons donc pas le contre-pied et l’une des premières choses que nous faisons est d’entrer dans un centre commercial, les trois tours du Queens, et nous ne savons pas comment nous nous retrouvons dans Cosmo World, un parc d’attractions qui possède l’une des plus grandes grandes roues du monde.

<Centre commercial des Tours de la Reine à Minato Minari 21.

<Cosmo World à Yokohama

Il faut dire que nous ne devons pas faire de shopping pendant les voyages que nous faisons, donc le thème des centres commerciaux n’est pas que nous tirions trop, donc avec un regard rapide, nous avons déjà tout fait.

Les lumières de Noël à Minato Minari 21 à Yokohama.

<Cosmo World à Yokohama

Après quelques heures de promenade dans Yokohama, notre corps demande à nouveau de l’énergie, il est donc temps de trouver quelque chose à manger pour le dîner.

<Cosmo World à Yokohama

<Les tours de la Reine à Yokohama

<Vues de Cosmo World

L’intention était de le faire à Chinatown mais nous sommes assez épuisés pour écarter cette visite, nous laissons donc ce dîner en suspens pour un prochain voyage que nous faisons au Japon et décidons d’entrer dans un restaurant que nous voyons dans un centre commercial où la vérité est que nous avons mangé une sorte de fast-food, avec assez d’huile pour nous laisser un estomac un peu touché.

Après avoir rempli nos estomacs, pour ainsi dire, nous nous rendons au Cosmo World et nous le brodons de vues exceptionnelles en profitant de l’automne de l’après-midi et de la soirée.

Après cette promenade d’après-dîner, nous retournons à la gare JR pour retourner à Tokyo.

Sous notre point de vue Yokohama a été une visite totalement dispensable, donc si vous n’avez pas beaucoup de temps à Tokyo, il est préférable de passer ces heures pour connaître quelque chose de plus de la ville.

Peut-être que c’est une perception très personnelle marquée parce qu’à ce stade du voyage, nous sommes fatigués et plus à ce moment-là, mais nous n’avons pas vraiment pris trop de jus.

Nous prenons le JR à la gare de Sakuraguicho qui se trouve aux portes de Minato et nous changeons à la gare de Yokohama pour la ligne Sobu qui nous mènera directement à notre hôtel à Tokyo.
Après quelques minutes que nous avons passées entre sommeil et vigilance pour ne pas rater l’arrêt, nous sommes arrivés à “notre place” à Tokyo.
Il est maintenant temps de parcourir les mètres qui nous séparent de notre chambre à l’hôtel Horidome Villay et de commencer à rêver de notre avant-dernier jour à Tokyo . . .

<Bouddha géant à Kamakura

Jour 16

TOKYO – ASAKUSA : Temple Sensoji, Nakamise, Denbouin, Kappabashi, SUMIDA, ODAIBA : promenade le long de la rivière Sumida jusqu’à Odaiba, centre commercial Aqua City, Fuji TV
Jour 14
TOKYO : Palais impérial, gare de Tokyo, Forum international de Tokyo, Ginza, Yoyogi, Shibuya, tour de Tokyo, temple Zozogi, Shinjuku, quartier coréen.
ITINÉRAIRE COMPLET

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here